Showing posts with label Martine Soussotte. Show all posts
Showing posts with label Martine Soussotte. Show all posts

Tuesday, July 11, 2017

Une lumière dans mon existence à Gamone

Je parle de la Factrice Chevaline, Martine Soussotte, devenue une aide constante dans ma vie quotidienne.


Les gens du pays comprendront tout de suite le sens de cette appellation, une sorte de jeu de mots :

• Le Facteur Cheval fut un sculpteur d'art naïf devenu mondialement célèbre. Or, Martine est, elle aussi, une artiste dans ce même domaine. Son nom de créatrice est Souco : combinaison de Soussotte et Colette, un autre prénom. Sa maison EDF et son jardin à Sainte-Eulalie (où elle vit avec son mari Denis), juste à côté de Pont-en-Royans, sont remplis de pièces étonnantes, surtout des animaux, puis des femmes enceintes qui regardent vers le ciel. Je lui ai dit, un jour, que ce regard dans ses femmes évoquait sa propre nature de grande dame humble : une sorte de Marie de Magdala.

• Martine Soussotte est réellement factrice, qui me livre tous les jours mon courrier. Détail amusant : J'ai eu beaucoup de mal à insister sur le tutoiement entre nous ! Un autre détail amusant : Dans les commerces du pays, et dans le milieu médical, on pense souvent que je serais une sorte de pauvre étranger et que Martine serait mon aide-soignante... Une retombée merveilleuse chaque fois que j’accompagne Martine pour faire des courses au supermarché, c’est qu’elle est saluée par toutes sortes de gens du pays. Quelques-uns me connaissent parfois : des individus que je n’aurais jamais rencontrés et reconnus sans la présence de Martine. Quant au regard des caissières, Martine ne passe jamais inaperçue. Celles-ci doivent d’ailleurs se demander qui c’est, ce vieux type mince et immobile qui la suit.

• Enfin le terme Chevaline est le nom d'une cascade splendide (pas toujours en action) sur les pentes de la commune de Choranche.

Cette expression est parfaite pour cette sainte femme que j'adore... qui ne me croit pourtant pas du tout quand je tente de lui expliquer le role que j'ai joué dans la vente de sous-marins français à l'Australie.


Une vision ancienne dans mon existence. Ce vitrail à Grafton sur le thème de Marie de Magdala, installé par mon grand-père Ernest William Skyvington [1891-1985], commémore ma grande-mère Kathleen Pickering [1889-1964].

PS Martine vient de prendre de merveilleuses photos de Gamone qu'elle a envoyées à mon fils en Bretagne. Pour le moment, je n’ai aucune photo de ses pièces de sculpture. Un de ces jours, je ferai un site web sur la Factrice Chevaline de Choranche.

Saturday, May 6, 2017

Abnégation et amour d'autrui

C'est l'histoire d'une sculptrice qui signe ses œuvres en deux syllabes : Souco. Je la connais un peu, mais je n'ai jamais eu l'occasion d'admirer ses travaux de sculpture. D'autres travaux, oui.

C'était seulement hier que j'ai appris son existence d'artiste, tout à fait par hasard. Le nom d'un lieu près de Tain l'Hermitage est apparu dans la conversation. Larnage. Là encore, je n'avais qu'une connaissance infime de cette commune drômoise d'un millier d'habitants, où je n'ai jamais posé le pied. D'ailleurs, il ne s'agit pas, à ce que je sache, d'un haut lieu touristique.


Les collines blanches de Larnage produisent
de célèbres Côtes du Rhône.


Il y a des ruines d'un château.


Puis il y a les argiles de kaolin
qu'apprécie la sculptrice Souco.


Comment aurais-je fait la connaissance de Souco ?
C'est très simple. C'est mon ange gardien.
Pour beaucoup : une sainte femme.
Hier après-midi, elle a même été en retard
pour sa séance hebdomadaire de modelage...
car elle faisait, pour moi, l'aller-retour à Romans.

Pourquoi ces deux syllabes ?
Son nom de famille est Soussotte.
Et son prénom est Colette.
Pour moi, elle est Martine.